Arnaques en tous genres à Oloron


Bourrage d’urne, simulation lors d’un conseil de révision pour échapper au service militaire, faux aveugle, les Oloronais ne sont pas en reste pour alimenter la  chronique judiciaire oloronaise d’arnaques en tous genres. Voici comment ces trois faits divers sont relatés par la presse de l’époque.

Le journal  Le Temps narre dans son édition du 20 juillet 1924 le dénouement d’une fraude électorale qui a eu lieu à la mairie d’Oloron :

Fraude électorale. — Le tribunal correctionnel d’Oloron vient de condamner à un mois de prison avec sursis, à 5 ans de privation de droits civiques et un franc de dommages-intérêts M. Pasquignon-Loubet, qui, pendant le dépouillement du scrutin des élections législatives du 11 mai, dans la salle de la mairie d’Oloron, avait subtilisé un sac de 100 bulletins de vote qu’il voulait remplacer par un autre sac dont le contenu avait été préparé d’avance. Surpris au moment de la substitution il n’avait pu mettre son projet à exécution, M. Pasquignon-Loubet était conseiller d’arrondissement. Il était assisté, dans cette affaire, de M° Campinchi.

Quant au Petit Journal du 12 mai 1864, il reprend une information du Mémorial des Pyrénées qui relate la manœuvre imaginée par un conscrit pour tenter d’échapper au service militaire. Une manœuvre malheureusement pour lui éventée :

Le Mémorial des Pyrénées publie les faits suivants, sous la forme d’un Communiqué :

« Un incident fort grave s’est produit mardi, à Oloron pendant la séance du conseil de révision.  

Un jeune homme dont les infirmités avaient paru simulées au conseil, se troubla ; pressé de questions, il finit par avouer que le matin même il avait remis une somme de 700 francs à deux individus qui lui auraient promis de le faire exempter du service militaire, au moyen d’un traitement médical auquel il s’était soumis.

D’après les indications de ce jeune homme et grâce à l’activité et à l’intelligence déployées par le commissaire de police et la gendarmerie d’Oloron ces deux individus qui se trouvaient encore dans une auberge de la ville ont été immédiatement arrêtés. Conduits devant le conseil ils furent fouillés et on trouva sur l’un d’eux une fiole contenant la préparation pharmaceutique dont ils s’étaient servis pour procurer aux jeunes gens des motifs simulés d’exemption.

Accablés par l’évidence, ces deux individus ont fait des aveux complets, et ils ont été arrêtés.

Il paraît qu’ils se livrent depuis longtemps à cette coupable industrie et qu’ils ont recueilli ainsi des sommes assez considérables.

On assure qu’ils ont d’autres complices. La justice informe. »

Pour conclure avec cette série, voici l’histoire du faux aveugle du Jardin public racontée le 24 mai 1924 par la Gazette de Bayonne de Biarritz et du Pays Basque

AVEUGLE POUR RIRE. – Il y a quelque temps, le nommé L. comparaissait devant le tribunal correctionnel sous l’inculpation de mendicité ; il fut relaxé de ce chef, un certificat médical longuement et savamment motivé déclarant que l’inculpé était aveugle.

Or, mercredi soir, vers 11 heures, L. qui par ailleurs était dans un état d’ébriété prononcé, poursuivait seul autour du Jardin Public, un camarade d’auberge qui l’avait injurié et qu’il voulait rosser. Les agents, survenus à ce moment, ont cueilli le pseudo aveugle et, en attendant sa nouvelle comparution devant le tribunal, lui ont donné un logis au poste.

Eh bien ! Il s’en passait de drôles à Oloron en ces temps-là. Peut-être s’en passe-t-il autant à notre époque. Mais, parce que ces affaires sont trop nombreuses, la presse ne s’y intéresse plus. Et la Justice, pas davantage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s